MRE
MIM
MEER
ONFAA
ONEDD
ONS
CNES
CTIAA
CRSTRA
Université de Béjaia
ITAFV

Plusieurs acteurs étatiques à l’échelle centrale sont appelés à jouer un rôle de régulation, d’incitation et de veille stratégique au bénéfice des opérateurs privés intervenant dans les filières appuyées par le PASA, en particulier les quatre ministères suivants :

  • le Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche (MADRP), qui définit la politique nationale dans le domaine de l’agriculture et promeut, en liaison avec le Ministère des Ressources en Eau (MRE), les conditions de développement, de valorisation et d’utilisation des ressources en eau à usage agricole. Il définit également, avec les autres ministères concernés, la politique d’intégration agro-industrielle. Il assume ainsi un rôle de coordination principal au sein du programme ;
  • le Ministère de l’Industrie et des Mines (MIM), qui est le responsable de la politique industrielle, des Petites Moyennes Entreprises (PME) et de l’investissement au profit des entreprises ;
  • le Ministère de l’Environnement et des Energies Renouvelables (MEER), qui est le responsable à la fois de la mise en œuvre de la politique environnementale, y compris en matière de changement climatique ;
  • le Ministère des Ressources en Eau (MRE), qui est le responsable de la gestion des ressources en eau du pays et de la mise en œuvre du Plan National de l’Eau (PNE). Il a également une responsabilité sur les équilibres hydrauliques au niveau des bassins versants du pays et au sein des périmètres d’irrigation.
  • L’Institut National de la Recherche Agronomique d’Algérie (INRAA), l’Observatoire National des Filières Agricoles et Agroalimentaires (ONFAA), l’Observatoire National de l’Environnement et du Développement Durable (ONEDD), l’Office National des Statistiques (ONS), le Conseil National Economique et Social (CNES), le Centre des Techniques de l’Industrie Agroalimentaire (CTIAA) sont aussi impliqués dans le programme.

A l’échelle régionale, des organismes publics, acteurs privés et organisations de la société civiles seront également concernés par le projet et pourront bénéficier d’un appui pour améliorer leurs capacités en termes de planification, y compris budgétaires, gestion des ressources humaines, gouvernance institutionnelle, etc. :

  • Institut Technique de l’Agriculture Saharienne (ITDAS) ;
  • Centre de Recherche Scientifique et Technique sur les Régions Arides (CRSTRA) ;
  • Université de Béjaïa, Université de Tizi Ouzou;
  • Institut Technique pour l’Arboriculture et la Vigne (ITAFV) ;
  • Entreprises privées dans les secteurs retenues ;
  • Agences de promotion des exportations agroalimentaires ;
  • Consommateurs et leurs organisations ;
  • Organisations de la société civile ;
  • Etc.

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK